le chat sauvage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

par default le chat sauvage

Message par keiko le Jeu 19 Jan - 19:36

Le Chat sauvage ressemble à un chat domestique « tigré », mais il est beaucoup plus robuste et massif. Son pelage est épais, rayé et non tacheté. Il est reconnaissable surtout à sa queue touffue, arrondie et noire à l’extrémité, toujours traversée par une série de 3 à 5 anneaux noirs et larges. La queue des chats harets (Chat domestique retourné à l'état sauvage) et des métis (croisement entre Chat domestique et Chat sauvage) ressemble à celle du chat domestique (elle est plus fine, pointue au bout et a des anneaux moins nets). Les yeux possède un iris jaune et le nez est rose. Le chat sauvage possède souvent une tache blanche au niveau de la gorge et une raie noire le long de la colonne vertébrale. La mue est importante au printemps.

Indices de présences

Les empreintes : elles sont généralement plus grandes que celles du chat domestique, mais les dimensions se chevauchent quelque peu. (4,5 x 3,5 cm en moyenne)

Les crottes : elles sont compactes, cylindriques, souvent effilées au bout, répandant une forte odeur musquée quand elles sont récentes. Les dimensions sont voisines de celles du chat domestique. En moyenne, 35 mm de long et 17 mm de diamètre. Elles sont parfois distinctes de celles du Renard roux par leurs dimensions.

Les restes de proies : celles contenus dans les crottes sont le plus souvent des plumes mâchonnées, les os des grosses proies généralement intacts, les côtes et omoplates rayées. Le Chat sauvage ne décapite que très rarement ses proies, mais enlève la tête des lapereaux et des Lagopèdes qu’il mange presque entièrement. Il retourne la peau des Lapins et la laisse fixée aux os des pattes. Le Renard peut faire la même chose, mais en général il mange les Lagomorphes en commençant par l’avant et avale la plupart des os. Les chats domestiques et harets peuvent laisser les mêmes indices que le Chat forestier.

Griffes : les traces de griffes sur les arbres (Jeunes et vieux) sont semblables à celles des chats domestiques et harets.


Patte antérieure




Patte postérieure

Mensurations

Le Char Sauvage mesure entre 48 et 68 cm de longueur et entre 35 et 40 cm de hauteur.Le poids varie entre 3 et 7 kg.
Il possède 30 dents.

Habitat

On trouve généralement le Chat sauvage en forêts de feuillus en plaine, sur les collines et en montagne à faible altitude, jusqu'à 1000 m au plus. Il fréquente le voisinage des clairières naturelles. Il trouve son gîte dans un arbre creux, des broussailles, une crevasse de rocher, un terrier de Lapin agrandi ou de Blaireau abandonné, sous un tronc renversé. Il est fréquenté de novembre à février (mais se situe rarement sous terre à la belle saison). Les femelles sont sédentaires et territoriales. Beaucoup de mâles, surtout des jeunes, sont vagabonds et circulent sur les domaines de plusieurs femelles. En hiver et pendant le rut, les mâles peuvent être assez sédentaires. La densité varie de 1/0,7 km² à 1/10 km². En Lorraine, le domaine vital des femelles est égal à environ 200 ha (sans changement saisonnier) et pour les mâles à 220 à 270 ha (les plus petits pour les vieux mâles et les jeunes nomades, les plus vastes pour les sédentaires). La vitesse de déplacement et la longueur du trajet augmentent avec les dimensions du domaine vital. Les mâles se déplacent souvent moins que les femelles dans leur domaine. Les domaines des mâles sédentaires recouvrent ceux de 3 à 6 femelles. Les deux sexes partagent les mêmes terrains de chasse et lieux de repos. La répartition des mêles dépend de celle des femelles qui dépend elle-même fortement de celle des proies. En France, les petits Rongeurs jouent un grand rôle dans le régime. Durant leurs premiers automne et hiver, les jeunes mâles se dispersent, la plupart des jeunes femelles restant près de leur lieu de naissance.



Régime alimentaire

Le Chat sauvage est carnivore. Il consomme surtout des petits Rongeurs (Campagnols) et de jeunes Lagomorphes, oiseaux, assez rarement des grenouilles, poissons et insectes, exceptionnellement agneaux et faons de Chevreuil. Il absorbe également de l’herbe, sans doute pour empêcher la formation de boules de poils dans l’estomac (comme le chat domestique). Il préfère chasser en terrain dégagé (champs, prairies, clairières) plutôt qu’en pleine forêt.



Chat sauvage en chasse - GL - Meurthe et Moselle

Reproduction

Le rut a lieu à la fin de l’hiver et au printemps. Les naissances se font d’avril à septembre (surtout en mai). Les secondes portées suggèrent un métissage comme celles que l’on observe en dehors de la période normale, mais les unes et les autres sont peut-être des portées de remplacement, la première ayant été perdue. La maturité sexuelle pour les mâle est à 1 an et entre 9 et 10 mois pour les femelles (elles peuvent se reproduire dans leur 1re année). Les femelles adultes ne se reproduisent pas chaque année. La gestation dure de 63 à 69 jours. Une seule portée annuelle (parfois 2 en captivité) de 1 à 8 chatons (2 à 6 généralement). La femelle possède 8 tétines. La paire auxiliaire est parfois absente. A la naissance les jeune pèse de 100 à 160 g. Leurs yeux sont fermés. Leur fourrure est rase, foncée, plus tachetée que celle des adultes, la queue est moins touffue, les coussinets plantaires sont roses, devenant presque noirs à 3 mois. Les yeux s’ouvrent entre 10 et 13 jours. D’abord bleus, les yeux deviennent progressivement jaune d’ambre à partir de 7 semaines (la couleur définitive n'est obtenue qu'à 5 mois). Seule la chatte s'occupe des petits. Ils la quittent à environ 5 mois. Le nid est rudimentaire, sans rembourrage, le sol est gratté par la chatte. Le sex-ratio est de 1/1 à la naissance, mais il semble qu’ensuite, la mortalité soit plus élevée chez les femelles.

Longévité

La durée de vie maximum est de 10 à 12 ans, souvent moins. Les principales causes de mortalité sont la chasse et le piégeage, l’Aigle royal dans certaines régions, le Renard roux, l'Hermine et la Martre peuvent tuer des chatons, la famine en hiver quand la neige épaisse empêche la chasse, le trafic routier, les maladies (infections virales des yeux. etc.).

Sociabilité

Le Chat sauvage est solitaire. Il défend un territoire sauf pendant te rut. Il le marque en urinant sur les arbres, buissons, rochers, etc. et dépose ses crottes bien en vue (certaines sont enterrées). En général, il évite ses congénères. Il communique en émettant des sons semblables à ceux du chat domestique, ronronnements, miaulements et grondements. Les attitudes globales sont semblables à celles du chat domestique. Outre son urine, il dépose aussi la sécrétion de la glande anale, celle de ses glandes labiales et jugales sur la végétation et sur d’autres chats. Il possède aussi des glandes odoriférantes apocrines (sudoripares) et sébacées sur la tête, le menton, à la base de la queue et des glandes sébacées entre les doigts (en griffant les arbres, il est possible que leur sécrétion soit déposée sur l’écorce). Le Chat sauvage voit bien quand la lumière est faible (présence d’un tapetum Iucidum dans la rétine) l'odorat est fin (fait la moue quand l'odeur ne lui convient pas). Les vibrisses (poils autour de la gueule) sont surtout blanches, la majorité sur la lèvre supérieure, plus rares sur les joues et au-dessus des yeux. Il peut tourner ses oreilles sur 180° (l'ouïe est très sensible).

Comportement

Le Chat sauvage est surtout crépusculaire et nocturne, mais aussi diurne (on peut le croiser entre 16 et 24 h en été et à d’autres périodes de la journée en hiver). Partout en Europe, le Chat sauvage s’est fortement raréfié à la suite de la chasse et des modifications apportées à son habitat. Il est encore aujourd'hui considéré comme un prédateur du gibier mais à tort.
En France, vit surtout dans le quart nord-est, dispersé ailleurs. L'observation est très difficile en raison de sa grande prudence et de sa discrétion. Les métis sont féconds et ces croisements menacent la pérennité de l'espèce. Menacé, Le Chat sauvage hérisse son pelage, ouvre la gueule et fait le gros dos comme le chat domestique tout en soufflant. Dans la journée, il se repose sur une branche d’arbre ou à terre.

keiko
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le chat sauvage

Message par kk le Jeu 19 Jan - 19:48

J'ai bien aimé ! Finalement ils se nourissent pour vivre! Ils ne sont pas spécialement prédateurs!Ils sont beaux!

kk
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le chat sauvage

Message par joelle le Jeu 19 Jan - 19:54

Très beau documentaire Keiko, merci d'alimenter cette rubrique.

Sais tu quel est le nombre de chats sauvages en France ou en Europe? Leurs lieux d'implantation? Sont-ils menacés ou leur nombre est-il en expansion? Existe-t-il des programmes de sauvegarde, de surveillance?



joelle
Rang: Administrateur

Date d'inscription : 21/11/2004
Localisation : Haute Normandie

2ème animal : Lily-Cube arrivée à l'âge de 3 semaines avec son biberon
3ème animal : Noé un autre chat du voisin qui vit à 95% de son temps à la maison. Je tremble toujours pour lui
5ème animal : Whymper 17 ans IRC - Garou +ou- 17 ans IRC - Minette dit Miss Trotinette 16 ans IRC tous trois décédés
Bébé Léonard mort à 5 mois d'un accident - Mon petit Titou 2 ans enlevé et massacré - Poupouille chat du voisin qui vivait 95% du temps à la maison. Les 5% lui ont été fatal - Rouxdoudou recueilli à 6 ans et a vécu jusqu'à 12 ans un grand bonheur. Parti en quelques minutes d'une embolie pulmonaire.

Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le chat sauvage

Message par Une accr le Jeu 19 Jan - 19:55

Merci pour cette description du chat sauvage.

Et pour l'illustrer, voici un lien vers de magnifiques photos du chat sauvage:
http://www.fabricecahez.com/galerie/theme.asp?pre=168&Rubrique=114&suiv=349

Une accr
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le chat sauvage

Message par Une accr le Jeu 19 Jan - 20:06

Et puis encore des photos .......




Une accr
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le chat sauvage

Message par keiko le Jeu 19 Jan - 20:17

Ils sont devenus trés rares dans les pays européens. Bien qu'étant des animaux protégés, ils sont encore pris pour cibles par des chasseurs qui les prennent pour des chats domestiques. En Écosse, le croisement avec des chats domestiques est également une menace pour la population de chats sauvages.

je ne connais pas le nombre de chat sauvage et je ne trouve rien la dessus ni s'il existe des programmes de protection désolé

keiko
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum