La défense du narval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

par default La défense du narval

Message par Eowyn le Ven 17 Mar - 15:25

Animal fascinant s’il en est, le narval et sa défense légendaire qui lui a valu le surnom de licorne des mers.


L’équipe du Dr Martin Nweeia travaille depuis quelques années à élucider le mystère de cette dent hypertrophiée, saillant du maxillaire gauche chez les mâles Monodon monoceros. Certains d’entre eux en possèdent aussi une du côté droit, mais plus petite. Quant aux femelles, seulement 15% en sont pourvues.



Chez les mâles, la dent mesure de 2 à 3m de long, ce qui équivaut à la moitié du corps. Son analyse montre qu’elle possède une structure inversée par rapport aux dents « normales ». Chez le narval, une couche fortement minéralisée entoure la pulpe dentaire, tandis que la surface extérieure est peu minéralisée. Cette particularité permet d’absorber les chocs et de résister aux pressions en cas de plongée profonde (jusqu’à 900 m pour ce cétacé). Le deuxième constat, plus important, concerne les tubules dentinaires, canaux par lesquels passent des terminaisons nerveuses. Normalement elles ne progressent pas au-delà de la face interne de l’émail, mais chez le narval elles s’ouvrent à la surface externe de la dent. Celle-ci est donc pourvue d’une sorte de membrane sensitive, grâce à laquelle l’animal recueillerait les informations dont il a besoin sur les sons, la température et la salinité de l’eau. Ce dernier paramètre notamment est primordial, car les migrations des narvals sont liées à la formation des glaces, laquelle influe sur les concentrations en sel de l’océan. Par ailleurs, l’habitude des mâles de se tenir près de la surface, leur défense émergée, servirait à détecter les changements de température et de pression barométrique signalant l’arrivée des fronts froids et du gel.

La détection des proies serait un autre usage de la dent comme organe sensitif. Elle créerait un champ électrique, par le phénomène de la piézo-électricité (émission de charges électriques à la surface de cristaux d’un corps, lorsqu’ils sont soumis à une contrainte). En l’occurrence, la contrainte serait la force du déplacement de la défense à travers l’eau.
La dent du narval aurait en outre son utilité pour communiquer, en aidant à transmettre ou recevoir les sons produits lors des vocalises, comme cela a déjà été suggéré en observant ces animaux en captivité.

Les recherches actuelles de Martin Nweeia portent notamment sur le chemin évolutif ayant entraîné les modifications structurelles de cette défense. Plusieurs points restent à élucider, comme la raison d’être des spirales qui entourent la dent en sens inverse des aiguilles d’une montre.



(D’après un article d’Alain Zecchini, La Semaine Vétérinaire)

Site du Dr Nweeia : www.narwhal.org
avatar
Eowyn
Perroquet

Date d'inscription : 08/02/2005
Localisation : Yvelines

2ème animal : Farouk, doux prince norvégien (petit-fils de la Reine Mère)
3ème animal : Fylgja dite "Pupuce", princesse égyptienne autoritaire

http://faroukdebarberousse.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum