le dauphin rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

par default le dauphin rose

Message par keiko le Mer 17 Mai 2006 - 21:24

Ces dauphins roses
qui volent dans les arbres
bref aperçu sur la culture boto
CSI copyright




Le Dauphin Rose d'Amazonie, également connu sous le nom de Boto ou d'Inia de Geoffroy, est le plus grand des tous les dauphins de rivière. Il peut facilement atteindre la taille de 2,8 mètres et peser jusqu'à 150 kilos.

Véritable fossile vivant qui a su conserver l'aspect des premiers dauphins du Tertiaire, le Boto a quitté les flots salés de l'océan, il y a de cela plusieurs dizaines de milliers d'années, pour remonter peu à peu les fleuves et s'adapter à la vie en eau douce.



Mieux encore, on peut dire dans son cas qu'il s'agit vraiment d'un "dauphin de la forêt pluvieuse", car là où il habite, dans les eaux sombres de l'Amazone ou de l'Orénoque, la jungle est massivement inondée chaque saison pendant six mois. Elle se transforme alors en une étrange forêt aquatique où les poissons volent de branche en branche pour y manger les fruits et les baies, entre les feuilles de la canopée.

En cette jungle engloutie, vivent également la loutre géante, le caïman, le lamantin... et bien sûr le "féroce" piranha dont le boto fait son ordinaire, quoiqu'il lui préfère le poisson-chat ou l'une des cinquante espèces de poissons et autres crustacés qui figurent à son menu.

Le monde des dauphins roses...

Le grand corps primitif de notre cétacé des fleuves, dont la coloration varie du gris sombre au rose le plus éclatant selon âge, son humeur ou la turpidité des eaux où il nage, s'est admirablement adapté à ce type d'habitat.

A l'instar des autres odontocètes, le boto repère ses proies grâce à l'écholocation.
Sans cesse, son front bombé émet des salves de clicks et se déforme ainsi que peut le faire celui du bélouga, pour renforcer l'effet de loupe.

Même si ses yeux sont minuscules, ils sont pourtant bien fonctionnels et non pas aveugles comme ceux de son cousin du Gange.
Sa tête mobile montée sur un cou flexible, son aileron dorsal surbaissé et ses nageoires souples larges comme des ailes permettent enfin au dauphin rose de se faufiler le ventre en l'air et même parfois en marche arrière, dans l'entrelacs vaseux des troncs, des racines et des feuilles immergées.

Au cours de brèves plongées qui n'excèdent pas les deux minutes, il y poursuit ses proies en mode de chasse individuel. Son rostre interminable orné de petites vibrisses - un autre trait primitif - est d'ailleurs d'une puissance peu commune et peut broyer d'un seul coup les poissons cuirassés qui survivent encore dans ces régions du monde.


Un drac de l'amazone

On sait peu de choses sur le mode de vie de cet être fantomatique qui évolue avec lenteur et surgit tout doucement près du flanc des bateaux depuis les fonds obscurs, sans que nul ne la voit s'approcher.
Son souffle produit un bruit étrange et ses émissions de bulles viennent parfois caresser la main qui traîne dans le sillage. Il lui arrive cependant aussi de sauter hors de l'eau dans la lumière du soir, pour
exprimer sa joie de vivre.

Le dauphin rose s'intéresse à l'Animal Humain, qui constitue pourtant son seul et unique prédateur.
Il suit volontiers les pirogues qui traversent son territoire, il sauve, dit-on, les imprudents de la noyade et collabore même avec les pêcheurs. On dit aussi qu'il vole les pagaies des bateaux par jeu.
Toutes les légendes locales affirment de manière péremptoire que le boto se transforme en humain quand il veut et qu'il se promène le soir sur la plage, vêtu de beaux habits blancs et coiffé d'un chapeau. Son but est de séduire les jeunes indiennes et de les emmener à jamais dans son royaume enchanté sous les eaux noires, à la manière des Dracs mythiques de nos rivières européennes.

Nombreux sont les témoins qui jurent l'avoir surpris sous ce déguisement magique.
Dès qu'il est découvert, le dauphin enlève son couvre-chef et replonge dans l'eau sous sa forme initiale. Nombreuses sont aussi les jeunes filles enceintes d'un amant inconnu, qui prétendent avoir été séduites de force par ces visiteurs de la nuit.

L'image du boto est à cet égard ambiguë, voire dangereuse : on se garde bien de le tuer ou de le blesser de quelque manière, car la légende veut qu'il puisse lancer des sorts par l'évent comme des flèches ou se venger après sa mort.

Malheureusement, les nouveaux habitants de ces régions, qui ne respectent plus guère les traditions anciennes, ont tendance aujourd'hui à tuer l'animal pour lui prélever son sexe ou ses yeux, extrêmement réputés comme aphrodisiaques par les vendeurs de médecines chinoises.

Les incendies incessants qui ravagent toute l'Amazonie, les barrages, la pollution, les explosions provoquées par les prospecteurs industriels dans la région menacent par ailleurs gravement la survie des dauphins roses, quoique ceux-ci révèlent d'étonnantes capacités à survivre dans un monde de plus en plus difficile.

Cerveau de dauphin Tursiops : autant de circonvolutions que chez l'Humain...

Un cerveau performant

On aurait tort de croire en effet que du fait leur aspect presque préhistorique, les botos le sont aussi sur le plan intellectuel. Bien au contraire !
Ce sont des créatures de capacités cognitives très pointues et donc capables de s'adapter très vite face aux défis que leur impose la pression croissante de notre espèce sur leur biotope d'origine.

Pur autant que nous le sachions, car ses cultures variées restent encore mystérieuses, le dauphin rose manifeste autant d'intelligence et de curiosité que le dauphin Tursiops, dont il partage d'ailleurs le même coefficient cérébral (rapport du poids du corps au poids du cerveau).
Son encéphale extrêmement développé est de 40% supérieur en volume à celui de l'être humain. Il siffle et clique comme tous les autres odontocètes mais produit des sons atypiques qui font l'objet d'études aujourd'hui.

(Lire notamment : Vocalizations of Amazon River Dolphins,)

Longtemps réputé solitaire ou peu sociable et incarcéré seul à ce titre en delphinarium, le dauphin rose vit en fait au sein de groupes familiaux de taille variable (5 à 8 individus), apparemment placés sous la guidance d'un mâle dominant.

Pendant la saison des inondations, le boto chasse seul, indépendamment de son groupe mais le reste du temps, les familles se regroupent en plus vastes tribus (de 35 jusqu'à plus de 100 dauphins parfois) qui pêchent alors en coopération dans des eaux profondes et dégagées.

C'est à cette occasion qu'on les aperçoit accompagnés d'une autre espèce de dauphins d'eau douce, les charmants petits Tucuxis (prononcer "toukoushi").

De couleur grise, ceux-ci sont de taille beaucoup plus réduite et leur forme évoque un peu celle de Tursiops en miniature. Vifs et craintifs, rapides sur la balle, ne circulant qu'en bandes et familiers des profondeurs, ces petits lutins à nageoires vivent indifféremment dans l'eau de mer ou l'eau douce, où ils chassent en groupes bien coordonnés. On les aperçoit souvent aux côtés de leur grand frère boto, se déplaçant côte à côte en parfaite harmonie.

Les enfants de ces deux espèces jouent couramment ensemble durant les heures chaudes de l'après-midi, ainsi que le font les jeunes babouins et chimpanzés.


keiko
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le dauphin rose

Message par bimarion le Jeu 18 Mai 2006 - 17:35

Merci Keiko, tu m'as appris quelque chose, je ne connaissais pas du tout son existence.

bimarion
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: le dauphin rose

Message par keiko le Jeu 18 Mai 2006 - 17:47

merci

bisousssssssss

keiko
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum