Les animaux hériteront de l'hôtel Negresco

Aller en bas

par default Les animaux hériteront de l'hôtel Negresco

Message par joelle le Ven 17 Avr - 7:37

Parce que gouverner, fut-ce un simple palace avec vue sur Baie des Anges, c'est prévoir, Jeanne Augier vient de régler sa succession : tout son patrimoine, du Negresco à la totalité de ses biens privés (plusieurs dizaines de millions d'euros), ira le jour venu à une fondation privée en charge de la lutte contre la misère animale et de l'aide aux nécessiteux.


Sur la Promenade des Anglais, le palace mythique fondé en 1912 par Henri Negresco ne deviendra certes pas le plus extravagant chenil de la planète, ni une annexe grande luxe d'un asile de nuit. Par la volonté de sa propriétaire, tous les bénéfices qu'il pourra générer - et que gérera la fondation qu'elle vient de créer - serviront en revanche à soulager les misères, toutes les misères : « Après tout lorsque je finance le dressage d'un chien d'aveugle que fait-on d'autre qu'aider le mal voyant tout en évitant qu'un chien abandonné finisse par être euthanasié. »

« Contrairement à bien des rupins... »

Sa décision, elle l'a longuement mûrie. L'idée ne date pas d'hier. Sans doute a-t-elle germé dans la douleur d'un deuil. Lorsque Paul Augier, son mari, disparaît en 1995, elle y songe. Et, au fil des ans, l'idée de cette fondation s'impose comme une évidence : « Michou - un loulou de Poméranie que maman n'avait offert à Noël quand j'étais petite - fut le seul ami de la fille unique que je fus. Aujourd'hui, je n'ai plus personne autour de moi. Et contrairement à bien des rupins, je sais qu'on n'emporte rien dans les deux mètres carrés qui nous servent à tous d'ultime demeure. »

Rien à voir donc avec la foucade d'une excentrique octogénaire. Jeanne Augier n'est pas Leona Helmsley. Si la veuve du magnat Harry Helmsley - propriétaire tout simplement de l'Empire State Building - déshérita ses petits enfants pour léguer 12 millions de dollars à « Trouble », son très cher bichon, Mme Augier, elle, n'a jamais eu l'intention de permettre à Lili, son mini-yorkshire, et Lilou, son bon gros shar-pei, d'intégrer le cercle pas si fermé que ça (!) des milliardaires canins (voir ci-dessous).

Que les choses soient claires, la fondation « Mesnage » - NDLR : un fonds de dotation auquel elle a tenu à donner le nom de son père qui acquit le Negresco en 1957 - aura au moins deux missions « d'intérêt public ».

Un gros os à ronger pour la protection animale

La première sera de préserver le palace contre toute tentative de rachat par un groupe international. « Je veux être sûre que la vie continuera comme avant pour mes 260 collaborateurs, qu'ils ne seront pas sacrifiés sur l'autel de la rentabilité. J'ai reçu des dizaines d'offres de groupes internationaux. Certaines étaient alléchantes, mais je n'y ai pas succombé. La faute à mon patriotisme forcené. Et ce n'est pas à 86 ans qu'on va me changer. »

La seconde sera de continuer de faire tout haut ce qu'elle fait tout bas depuis des lustres. Pasionaria affichée de la lutte contre la « barbarie tauromachique », Jeanne Augier se bat en revanche dans la plus totale discrétion pour sauver ici et là, des dizaines d'animaux d'une fatale euthanasie.

« Je suis furieuse lorsque j'apprends que certains bénévoles vivent dans une misère noire, se sacrifient pour éviter que l'euthanasie soit l'unique solution pour ces animaux qu'on abandonne aujourd'hui aussi vite qu'on les adopte. D'autant plus que je sais que certaines associations - comme la SPA a Paris par exemple - ont accumulé grâce aux dons, des patrimoines impressionnants. »

Sans chercher ni publicité ni piédestal, Jeanne finance ainsi, à hauteur de 25 000 euros par an, deux refuges. L'un à Solenzara en Corse, l'autre dans le Gard à Gervasy. Tous deux auraient dû mettre la clef sous la porte sans sa contribution. Et demain, un jour, le plus tard possible, lorsqu'elle ne sera plus là pour sortir son chéquier, Jeanne veut être sûre qu'il y aura toujours quelqu'un pour faire « le travail ». « Finalement, en décidant en début d'année de faire ce legs, je me dis que je partirai le coeur léger. »

source nice matin


avatar
joelle
Rang: Administrateur

Date d'inscription : 21/11/2004
Localisation : Haute Normandie

2ème animal : Lily-Cube arrivée à l'âge de 3 semaines avec son biberon
3ème animal : Noé un autre chat du voisin qui vit à 95% de son temps à la maison. Je tremble toujours pour lui
4ème animal : et les autres : Tika dont personne veut, Pepita persanne que personne supporte, Charly trompette, Whity, et Aldo qui fugue et revient
5ème animal : Whymper 17 ans IRC - Garou +ou- 17 ans IRC - Minette dit Miss Trotinette 16 ans IRC tous trois décédés
Bébé Léonard mort à 5 mois d'un accident - Mon petit Titou 2 ans enlevé et massacré - Poupouille chat du voisin qui vivait 95% du temps à la maison. Les 5% lui ont été fatal - Rouxdoudou recueilli à 6 ans et a vécu jusqu'à 12 ans un grand bonheur. Parti en quelques minutes d'une embolie pulmonaire.

Revenir en haut Aller en bas

par default Re: Les animaux hériteront de l'hôtel Negresco

Message par Invité le Ven 17 Avr - 18:50

Génial , chapeau Madame !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: Les animaux hériteront de l'hôtel Negresco

Message par Invité le Lun 20 Avr - 13:47

Bravo ! Very Happy

Je l'ai vue au JT d'hier soir, ça m'a l'air d'être femme de tête et de coeur... ça change de tous ces "peoples" qui servent à rien... lol!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: Les animaux hériteront de l'hôtel Negresco

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum