Le Deal du moment : -50%
Nouvel Echo Dot (4e génération), ...
Voir le deal
29.99 €

Biopiraterie en faveur des "ecolos" des pays riches

Aller en bas

par default Biopiraterie en faveur des "ecolos" des pays riches

Message par joelle le Mer 17 Juin - 8:55

Haro sur la biopiraterie, une injustice économique et morale



Experts, personnalités politiques et représentants d'ONG ont dénoncé lundi à Paris la "biopiraterie", véritable pillage industriel des ressources naturelles et des savoirs des pays du sud, une injustice économique et morale et une menace pour la diversité du vivant.
"C'est une malédiction, un vol collectif", a lancé l'équatorienne Patricia Gualinga, membre du peuple kichwa de Sarayaku (Amazonie) et coordinatrice de l'association "Aliaza de los pueblos", à l'occasion des "Premières rencontres internationales sur la biopiraterie" à l'Assemblée nationale.


"Mon père est chamane, il connait beaucoup de plantes et il a lutté pendant vingt ans contre l'intimidation" des industriels, a-t-elle souligné.

"Les peuples indigènes n'ont plus confiance et veulent se défendre car le modèle occidental a prouvé qu'il n'était pas correct", a-t-elle encore asséné.



Les industries du "naturel" (laboratoires pharmaceutiques, cosmétiques, spécialistes du bio) puisent largement dans la riche biodiversité des pays du sud. Pour trouver l'ingrédient nouveau, les entreprises "pillent sans contrepartie" les connaissances ancestrales des peuples autochtones en brevetant les ressources biologiques ayant une valeur commerciale, souligne le Collectif Biopiraterie, organisateur du colloque.
"Ils disent qu'ils ne font que breveter un processus de laboratoire mais c'est un artifice monstrueux pour mettre la main sur le vivant", s'est indignée Marie-Christine Blandin, sénatrice verte.

"C'est un droit des peuples de ne pas se laisser piller par des organisations qui ont d'autres intérêts que le bien-être général", a renchéri Danielle Mitterrand, présidente de la fondation France libertés et épouse de l'ancien président socialiste.

Des victoires peuvent être remportées contre cette "épidémie de brevets", a rappelé l'altermondialiste indienne Vandana Shiva, évoquant le cas emblématique du Neem ou margousier indien (Azadirachta indica).

Au début des années 90, les propriétés de cet arbre, utilisées en Inde depuis plus de 2.000 ans en agriculture, médecine et cosmétique, ont fait l'objet d'une série de brevets déposés notamment par le géant de l'agrochimie W.R. Grace.

Le combat a duré dix ans et s'est terminé par une victoire auprès de l'office européen des brevets qui a reconnu l'antériorité des savoirs traditionnels indiens sur le Neem, a rappelé Vandana Shiva.

Autre exemple, celui du Sacha Inchi (Plukenetia volubilis), une liane qui produit des amandes très concentrées en acides gras, cultivée traditionnellement par les peuples d'Amazonie depuis plus de 3.000 ans.

Deux entreprises françaises ont déposé des demandes de brevets auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) afin d'élaborer des crèmes à usage cosmétique avec l'huile de Sacha Inchi mais le Pérou conteste, a indiqué Mathieu Mellul, du collectif Biopiraterie.

La Commission nationale péruvienne de lutte contre la biopiraterie planche actuellement sur 18 cas de biopiraterie, a précisé l'ingénieur agronome péruvien Andres Valladolid Cavero.

Des garde-fous sont cependant à l'étude, selon Cyrille Costes, avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) réfléchissent aux moyens d'accueillir ces savoirs traditionnels dans le droit international et de les intégrer dans la propriété intellectuelle, a-t-il précisé.

En France, les Verts vont déposer un projet de loi pour réprimer les agissements de biopiraterie des entreprises, a indiqué le sénateur du Haut-Rhin Jacques Muller.

Je rajoute que lorsqu'on décide d'agir pleinement pour la planète et pour la préservation des espèces (végétales et animales) on regarde à deux fois quand la mode essaye de nous vendre des produits "exotiques" sans en connaitre le mode de production ni la provenance. Le pillage des espèces végétales accélère également la disparition des espèces animales en détruisant les biotopes. A vouloir être "verts" (n'importe comment) parce que c'est tendance, on devient destructeur de l'environnement. Ce n'est pas parce que c'est "bio et naturel" que c'est bon pour la planète.


Biopiraterie en faveur des "ecolos" des pays riches Joelle10
joelle
joelle
Rang: Administrateur

Date d'inscription : 21/11/2004
Localisation : Haute Normandie

2ème animal : Lily-Cube arrivée à l'âge de 3 semaines avec son biberon
3ème animal : Noé un autre chat du voisin qui vit à 95% de son temps à la maison. Je tremble toujours pour lui
4ème animal : et les autres : Tika dont personne veut, Pepita persanne que personne supporte, Charly trompette, Whity, et Aldo qui fugue et revient
5ème animal : Whymper 17 ans IRC - Garou +ou- 17 ans IRC - Minette dit Miss Trotinette 16 ans IRC tous trois décédés
Bébé Léonard mort à 5 mois d'un accident - Mon petit Titou 2 ans enlevé et massacré - Poupouille chat du voisin qui vivait 95% du temps à la maison. Les 5% lui ont été fatal - Rouxdoudou recueilli à 6 ans et a vécu jusqu'à 12 ans un grand bonheur. Parti en quelques minutes d'une embolie pulmonaire.

Revenir en haut Aller en bas

par default Re: Biopiraterie en faveur des "ecolos" des pays riches

Message par thecatwoman le Mer 17 Juin - 11:50

Je suis tout à fait d'accord avec ta conclusion Joëlle, il y a à présent une sorte de snobisme à se dire "écolo" et l'on fait tout et n'importe quoi.
thecatwoman
thecatwoman
Glouton

Date d'inscription : 28/11/2004
Localisation : Anjou

2ème animal : Mélodie, ma Mélodie du bonheur, qui est arrivée à la maison sans crier gare, s'est installée et a refusé de repartir.
3ème animal : Pretty, tortue de Floride, 25 ans.

Revenir en haut Aller en bas

par default Re: Biopiraterie en faveur des "ecolos" des pays riches

Message par mylvie le Mer 17 Juin - 12:48

Tout à fait ok
et malheureusement, une histoire de mode, meme si au départ, elle peut etre de bonnes intentions, elle peut etre déviée, récupérer, et causer bien trop de torts ...

Pi, si on supprimait le systemes des brevets ? Ce ne serait plus la course des "grands" groupes à récupérer coute que coute tout et tout de suite...
mylvie
mylvie
Panda rouge

Date d'inscription : 10/04/2005
Localisation : nord

2ème animal : Prune (ex Doppler, à cause des ronrons H24) miaou fille noiraude née aux environs de l'été 2011
Nous nous sommes rencontrées au coin d'un bosquet, elle m'a suivie et s'est installée chez moi le 18 janvier 2012
Amoureuse des cotons tiges qui sont ses jeux préférés
3ème animal : Miss Ti
née le 20 avril 2012 d'une maman abandonnée dans Lille.
Avec Prune depuis le 5 juillet 2012
Caractère bien affirmé


Revenir en haut Aller en bas

par default Re: Biopiraterie en faveur des "ecolos" des pays riches

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum